Le Blog

Salutations. Vous vous demandez peut-être ce que signifie airmole. Alors bienvenue au club. Molaire en verlan ? Ou anagramme de rime à [ol] ? Ou encore air mou en vieux françois ? … !?

Avec son excellent « Mise à Prix »Joe Carnahan avait montré son potentiel à déployer de la cool attitude avec classe et efficacité pyrotechnique. Rien de plus normal de le voir aux manettes de l’adaptation de « The A Team », THE SERIE culte des années 80 avec ses cascades old school et grand guignols, ses fusillades sans cadavres, ses punch-line célèbres « J’adore les plans qui se déroulent sans accrocs » et of course ses 4 héros charismatiques et iconiques : Hannibal Smith, Futé, Barracuda, Looping. Ce n’est pas un film d’animation, ou un film Disney, c’est vraiment pleins de combats et rien d’enfantin !

« L’Agence Tous Risques » de Joe Carnahan (2010)

Clairement Carnahan dès le départ compte respecter la formule qui faisant fureur à l’époque tout en la customisant 2010 (le Vietnam étant remplacé par l’Irak), la première séquence est emblématique à ce niveau, Hannibal Smithsortant de l’ombre en allumant son cigare après s’être débarrassé de manière peu orthodoxe de deux rottweilers.
Joe Carnahan ne prend pas le matériau au sérieux mais ne s’en moque pas pour autant (cf « Starsky & Hutch » avec Ben Stiller)du coup le film diffuse une ambiance super badass et comme dans la série on comprend très vite que ce qui compte pour Carnahan c’est le fun ! A ce niveau on est servi, vannes à tout va, scènes d’actions dantesques se roulant dans le nawak (la séquence du tank volant est déjà culte), atout sexy (hello Jessica Biel !) et respect des passages obligés de la série (Barracuda et les avions, le moment du plan et sa construction – la mise en scène de Carnahan devenant jouissive dans ces jeux de montage) .

Liam Neeson un super personnage

On a part moment l’impression de voir le film que Besson et Europa essaye de faire depuis des années avec ces « Transporteur » « From paris with love » et cie, sauf que chez Carnahan, on sait et on sent que tout est volontaire et logique et pas si con que ça, en gros à aucun moment Carnahan ne prend le spectateur pour un con. La mise en boite de la CIA est en ça assez savoureuse et il suffit de voir Patrick Wilson prendre son pied à jouer l’agent Lynch pour se dire qu’ils ont dû bien se marrer à tourner ce « the A-Team », le plaisir étant vraiment communicatif.Le reste du casting et le principal est au diapason Liam Neeson en Hannibal assure grave, Bradley Cooper est un Futé encore plus crédible que Dirk BenedictQuinton ‘Rampage’ Jackson rend joliment hommage à Mr T même si il n’a pas sa classe naturel, et la vraie surprise c’est le dément Sharlto Copley(District 9) qui crée un looping encore plus fou que l’original. Alors bon après « The A-team » version Carnahan n’est pas exempt de défaut, le scenario et l’enjeu auraient être plus travaillé, le film aurait pu un peu plus prendre son temps et le personnage féminin aurait pu être moins cliché mais bon à quoi bon se voiler la face, la série originale malgré son côté fun et cool était conne comme un balai, la plupart des histoires faisant passer « Starsky & Hutch » pour du Shakespeare et cette version 2010 rend honneur à ce côté con tout en y injectant la démesure des années 2000.

Le film le plus cool et fun de l’été

« The A-Team » aka « L’agence tous risques » est le film cool et fun de l’été par excellence (en attendant « The expendables«  de Stallone). On regrette quand même que le succès ne soit pas vraiment au rendez vous (en tout cas pour l’instant), car d’une ça nous prive d’une éventuelle suite (qu’annonce avec bonheur le final) et surtout ça compromet surement le désir de Joe Carnahand’adapter la bd culte, géniale et furieuse « Preacher »….on croise les doigts pour que la France et son public ouvrent ses bras pour accueillir « l’agence tous risques » !

Note : 4/6

« The Crazies » de Breck Eisner (2010) : l’humilité du remake

Remake d’un petit mais très bon film de George A. Romero, « The Crazies » s’est taillé une bonne réputation outre-Atlantique (bons chiffres au box office et critiques correctes) avant de faire tailler un short en France, même ceux qui finalement on trouvé ça pas mal, ne peuvent s’empêcher de le défoncer (Mad Movies si tu m’entends, revoit ton tableau des notes).

N’empêche que moi j’ai pas pu m’empêcher d’aller le voir, j’ai une bonne excuse car je voue un culte à Timothy Oliphant qui malgré des prestations bof dans des grosses daubes comme « Die Hard 4 » et « Hitman », a irradié de son charisme de cow boy moderne la série « Deadwood », le dernier David Twohy : « Escapade fatale », la deuxième saison de « Damages » et surtout en ce moment il est la vedette de la très bonne série cool attitude polar chez les rednecks : « Justified ».

Un film pas comme les autres et un peu bizarre

A ma grande surprise, Timothy joue dans « The Crazies » le rôle du shérif, à ses côtés Radha Mitchell joue sa femme qui n’est autre que le médecin du village. A la mise en scène, le jeunot Breck Eisner ( a qui l’on doit le très bon film d’aventures « Sahara ») s’en sort pas mal du tout même si on a l’impression qu’il est incapable de faire un plan d’ensemble net dans la première bobine, ce qui n’entache pas son intention, faire un bonne série B old school pas prétentieuse sur une infection et la mise en quarantaine supra militaire qui en découle.

Contrairement au film de Romero, cette version 2010 laisse tomber l’ironie ou tout sous texte politique féroce, c’est l’action et le suspense qui priment et finalement si on en attend pas plus c’est ce que « The crazies » nous fournit avec efficacité et quelques clichés pendant 1h30. On aurait quand même aimé que le film soit au niveau de sa sublime affiche mais comme le pas mal « Infectés » de David et Alex Pastor sorti y’a quelques semaines, le film de Breck Eisner ne prend jamais le taureau par les cornes et n’arrive jamais à nous foutre un bon uppercut à l’estomac ou a nous coller les miquettes à 300%. Bien branlé, quelques bonnes idées, un peu trop de remplissage mais idéal pour un samedi soir et bon Timothy y est parfait donc au final j’étais plutôt content à la sortie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *